Découvrez "Le Champ des Fourmis" dans le Puy-de-Dôme

 Affiche de la ferme

Floraine, 31 ans

Originaire du Cantal, j'ai grandi au contact de la nature. C'est naturellement que j'ai suivi des études de biologie, puis d'écologie. Fascinée par le fonctionnement des écosystèmes, j'ai toujours aimé comprendre les mécanismes du vivant.

L'idée du maraîchage est née à mon retour en Auvergne. J'ai eu l'opportunité de travailler un été chez un producteur, et l'activité m'a tout de suite plu.

J'ai rapidement vu les liens entre ma formation initiale et ce métier, et je me suis plongée dans la littérature, bien décidée à joindre protection de la biodiversité et maraîchage.

J'ai passé un diplôme agricole pour acquérir des connaissances, faire des stages. Cela a été déterminant dans nos choix agri culturaux actuels.

Arthur, 29 ans

J'ai grandi à Besançon, dans le Doubs. La protection du vivant a toujours été présente dans mes actions et mes prises de décisions. Cela m'a entrainé vers des études de biologie marine puis d'écologie.

C'est en master que j'ai rencontré Floraine. Deux ans inoubliables qui nous ont conduit en France, mais aussi en Grèce en Allemagne et enfin en Côte d'Ivoire. De cette expérience d'un an au cœur de la forêt tropicale est née un besoin d'indépendance et de retour à la terre. Différentes opportunités de travailler sur des exploitations m'ont confirmé l'adéquation de ce travail avec mes valeurs.

C'est avec ces bagages et cette envie commune que nous avons décidé de nous lancer.

Le projet à deux

Nous avons acheté notre terrain à l'automne 2017, 5 hectares de terres agricoles, exposés plein sud, à Charbonnières les Vieilles.

Sur notre ferme, nous pratiquons une agriculture paysanne, une agriculture de conservation, le maraîchage sur sol vivant (MSV), l'agroécologie... Autant de mots ou d'expressions qui rejoignent la même idée, celle d'une agriculture protectrice de la biodiversité, fonctionnant avec et non contre l'environnement.

Ici pas de travail du sol ni de tracteur. Nous avons la chance d'être sur un sol vivant, une ancienne prairie. Nous devons veiller à lui apporter toujours assez de matière organique pour qu'il puisse se renouveler et nourrir le stock de vers de terre indispensable à son fonctionnement.